" Le principe du plaisir, c'est que le plaisir cesse. " (p 107).


" Retenez ceci, à propos de l'extériorité et de l'intériorité, que cette distinction n'a aucun sens au niveau du réel. Le réel est sans fissure. " (p 122).


" Le moi éprouve la réalité pour autant non seulement qu'il la vit, mais qu'il la neutralise autant que possible. " (p 125).


" Un œil, quand il reçoit la lumière, retient beaucoup moins d'énergie qu'une feuille verte, laquelle, avec cette même lumière, fait toutes sortes de choses. " (p 135).


" L'homme part de rien du tout. Il faut qu'il apprenne que le bois brûle et qu'il ne faut pas se jeter dans le vide. " (p 138).

 


In Le moi dans la théorie de Freud et dans la technique de la psychanalyse,
 (Le séminaire, livre II, 1954-1955, Seuil).

 

 

Laisser un commentaire